Contact us

Tel: +30 210 3613379
Tel: +41 32 5101465

Contact

L’efficacité des actions collectives face aux problèmes de la Dépakine

La Dépakine est un médicament utilisé dans le traitement de l’épilepsie ou le traitement préventif des convulsions liées à la fièvre chez l’enfant. Or, lorsque ce médicament est pris lors d’une grossesse, il peut être la cause de malformations et de troubles neurodéveloppementaux provoqués chez l’enfant.

Le jeudi 12 novembre 2020, une famille attaquant le groupe Sanofi, fabriquant du médicament, a comparu pour la première fois au tribunal de Genève. La famille accuse le groupe d’être responsable du manque d’informations relatif au médicament. Dans cette affaire, Sanofi ne nie pas les faits mais fonde sa défense sur la prescription de l’action à son encontre. Toutefois, ce cas d’espèce n’est pas isolé étant donné la quarantaine d’enfants en Suisse victime de la conséquence du manque d’informations du corps médical.

Alors que la justice suisse statue pour la première fois sur ce type d’affaire, un État voisin a déjà eu à trancher sur la question. En effet la justice française a déjà reconnu la responsabilité de l’État français en la matière à travers un arrêt du 2 juillet 2020. Le tribunal administratif de Montreuil (Saine Saint-Denis), plus précisément, estimé une co-responsabilité de l’État avec le laboratoire Sanofi et les médecins ayant prescrit le médicament. Ainsi, le juge a condamné l’État français à indemniser les trois familles qui ont eu recours à la justice.

C’est grâce à l’initiative d’une action collective que le tribunal administratif de Montreuil a estimé que l’État avait « manqué à ses obligations de contrôle en ne prenant pas les mesures adaptées et a engagé sa responsabilité. »  

L’Etat français a du verser à chaque famille des montants d’environ 200 000 euros, 157 000 euros et 20 000 euros, en fonction de la date de naissance des cinq enfants concernés, âgés aujourd’hui de 11 à 35 ans.

Or, ce scandale médical continue d’occuper la justice française. En effet, après une convocation devant le juge d’instruction, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a été mis en examen le lundi 9 novembre 2020 pour les chefs d’accusation suivants : « blessures et homicides involontaires par négligence ». Cette mise en examen est la conséquence d’une enquête qui avait été ouverte en 2016 auprès du tribunal judiciaire de Paris par l’Association d’aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anticonvulsivant (Apesac). Un action collective est en cours et devrait être entendue courant mars 2021 dans le but d’indemniser la cinquantaine de familles qui est à l’origine de cette action et victime des effets de la Dépakine.

Ainsi, il faut s’attendre à ce que la justice suisse ainsi que la justice française continue de trancher en faveur des victimes. En outre, il semblerait que l’ordre judiciaire souhaite inculper un large nombre d’acteurs du corps médical afin d’indemniser ces familles victimes du manque d’informations concernant le médicament. Cette tendance en faveur des victimes apparaît depuis la décision finale de la Commission européenne du 7 juin 2018 qui vise à interdire la prescription de valproate (composante de la Dépakine) chez toutes les femmes en âge de procréer ou, a fortiori, enceintes. L’efficacité de l’action collective permet à un grand nombre de personnes de poursuivre une personne physique ou morale afin d'obtenir une indemnisation financière. L’union des familles étant touchée par ce scandale garantit d’être entendue auprès de la justice et, par conséquent, d’optimiser ses chances d’être indemnisée.

L’action collective est un outil juridique aussi spécifique qu’efficace. Si vous considérez avoir été victime d’utilisation de la Dépakine  ou souhaitez rejoindre une action collective devant les juridictions compétente, notre étude est à votre entière disposition pour toutes questions concernant une telle action action et les moyens dont vous disposez par la loi..